Conclusion de la série d’articles sur les bases de l’entraînement en course à pied

Voilà! Vous avez maintenant plusieurs éléments en main vous permettant de comprendre comment sont conçus les plans d’entraînement. Vous pouvez aussi concevoir vos propres plans, mais ce guide ne contient que la base. Toute la portion individualisation et peaufinage personnel n’est pas dans ce texte. C’est un entraîneur, qui a fait ses preuves, qui peut répondre à ces besoins et vous amener à votre niveau optimal.

Il est grandement probable que votre désir de courir plus souvent, plus longtemps, plus vite augmente rapidement parce que la course est addictive. Surtout dans la première année, la progression est fulgurante avec l’atteinte de niveaux tels :

  • L’équilibre entre le souffle et la vitesse vous permettant de courir des heures
  • La disparition graduelle des douleurs, pendant la course, jusqu’à la disparition totale même si la course dure des heures
  • Le début de la fatigue musculaire qui se produit de plus en plus tard dans la course
  • L’amélioration de la récupération pendant la course : pouvoir courir des intervalles plus longs, plus rapides et avec plus de répétitions tout en pouvant bien récupérer entre chaque intervalle
  • L’impression de courir très léger comme sur des nuages et bien ressentir l’effet de ressort à chaque poussée
  • Percevoir plusieurs courses comme étant faciles

Ce sont tous des niveaux qui, une fois atteints, nous font apprécier encore plus courir et se dépasser pour continuer de progresser. Cela se nomme « l’euphorie du coureur ». La sécrétion d’endorphines après l’exercice est très addictive aussi. On se sent tellement bien et satisfait lorsque c’est accompli! Mais, tout cela dit, votre corps ne progresse pas au même rythme que votre désir pour la course. L’adaptation et la progression du corps sont très lentes. Et une blessure qui s’échelonne sur plusieurs semaines/mois peut potentiellement vous faire régresser.

Il est donc essentiel d’être toujours à l’écoute des signaux corporels.  N’hésitez en aucun moment pour annuler, déplacer ou réduire la charge d’un entraînement. Mieux vaut utiliser le mode précaution et y aller très graduellement que d’être téméraire et vouloir progresser trop vite. De toute façon, progresser vite ne fonctionne pas, car le corps ne suit pas. Il y a donc trois mots clés à retenir : Ressenti, Gradualité et Patience. Respecter ces trois mots clés paie vraiment au fil des mois et sur le long terme. 

Merci infiniment pour votre lecture! N’hésitez pas si vous avez des questions ou des commentaires.

Mathieu Polard

matpol.gecp2020@gmail.com

https://www.facebook.com/GECP2020

Liste de tous les articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *